Métier de profiler par Nadine Touzeau

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Nadine Touzeau

Considéré comme né aux Etats-Unis, le métier de profiler aurait vu le jour en Angleterre. Dr Thomas Bond (1841-1901), chirurgien britannique  est considéré par beaucoup d’entre nous comme étant le premier profiler en ayant soutenu les forces de l’ordre concernant l’affaire de Jack l‘éventreur.

En 1950, aux Etats-Unis, le psychiatre James A. Brussel fut sollicité par les services de police pour les aider à résoudre une série d’attentats à la bombe qui frappèrent notamment les salles de cinéma de New York entre 1940 et 1956. Il a établi le profil de “Mad Bomber” à New York avec beaucoup d’acuité..

C’est en 1970, sous la direction de Howard Teten et de Patrick Mullany que  le nom de profiler est né au FBI avec comme  premiers agents spéciaux : Robert Hazelwood, Robert Ressler (le créateur de l’expression “serial killer”) et John Douglas.  C’est en tentant de comprendre le mode de fonctionnement psychologique qu’avaient des tueurs commettant des actes poussés envers leur victime que le profilage a pris sa place dans l’appui des investigations. Le passif psychologique, le quotidien, le mode de vie, l’environnement, le comportement, etc. étaient épluchés pour établir les profils psychologiques de ces tueurs.

Alors que des profilers exercent librement et sans être inquiétés dans tous les pays anglo-saxons avec de nombreuses preuves de succès sur les dossiers exercés, en France notamment et dans les pays francophones, on se limite à apprécier des séries télévisées n’ayant que peu de liens avec la réalité du métier. Des profils psychologiques sont faits par des criminologues, mais notre approche métier, complémentaire parfois, n’est pas comparable. D’abord par ce que le criminologue ne travaille que sur des affaires en sécurité. Ensuite par ce qu’ils n’interviennent qu’une fois les faits accomplis et ne profilent que le psychisme des victimes et suspects du délit.

Profiler n’est pas exclusif qu’en sécurité et permet d’obtenir le maximum d’informations concernant un individu, y compris sur les comportements et actes à venir. Vous l’aurez compris, notre champ d’action est transversal, applicable dans différents univers, en appui et autorise du proactif voire du prédictif.

De la détection de signes aux détails d’un individu sans le voir, en analysant des éléments relatifs de près ou de loin de l’individu en question, nous, profilers, sommes en mesure de faire un travail précis, confidentiel, vérifiables très rapidement, sans jugement afin de sécuriser un univers, une situation, une personne ou de retracer un ensemble d’actions passées, présentes et à venir.

Nous ne pouvons plus appréhender la sécurité comme autrefois face à la criminalité actuelle.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »